14 février 2012

Karl Marx, le véritable père de l’antisémitisme moderne !


NB: il s'agit de la reprise d'un billet du 27.01.2010 supprimé sur Anna Watch par le N.Obs

27.01.2010 RÉPONSE Á : 'MESSAGE AUX BLOGUEURS ANTISIONISTES DE GAUCHE'

Ayant mon IP bloquée sur « L'Avis sauve » je fais ici cette mise au point sur le MESSAGE AUX BLOGUEURS ANTISIONISTES DE GAUCHE de Moishe Postone, repris par Allegra dans un billet du mardi, 26 janvier 2010.  Naibed

Moishe Postone déclare, dans son message :

« La représentation conventionnelle stalinienne et social-démocrate du nazisme et du fascisme comme simples outils de la classe capitaliste, utilisée pour écraser des organisations ouvrières, omettait toujours une de leurs dimensions centrales : Ces mouvements en termes d'auto-compréhension d'eux-mêmes et leur appel aux masses, étaient des révoltes. Le nazisme s'est présenté comme une lutte pour la libération (et a soutenu des mouvements « anti-impérialistes » dans le monde arabe et en Inde).
Le fondement de cette auto-compréhension était une compréhension fétichisée du capitalisme : la domination abstraite, intangible, globale du capital a été comprise comme la domination abstraite, globale, intangible des Juifs. »

Bien, bien... Sauf que !

Sauf qu'il faut bien préciser à ce professeur d'histoire à œillères marxistes que les nazis ne sont pas - mais alors *pas du tout* - ceux qui sont à *l'origine* de cette compréhension fétichisée du capitalisme.Même si, bien sûr, ils se sont empressés de la reprendre à leur compte, faisant de l'antisémitisme le socle central de leur action dévastatrice.

Il n'est bien sûr aucunement question ici de dédouaner le national-socialisme, ni de retrancher quoi que ce soit de leur écrasante responsabilité dans la préparation et la mise en oeuvre de cette extermination industrielle des juifs qu'est la Shoah. Mais enfin, il faut quand même bien rendre à César ce qui appartient à César. Et à Karl Marx, ce qui appartient ...à Karl Marx !

Car c'est bien lui, Karl Marx [1], qui a donné cette dimension proprement spécifique à l'antisémitisme moderne en faisant du «juif réel» la véritable figure de l'exploiteur capitaliste, celui qui s'oppose à l'émancipation de l'exploité, représenté par la figure (sublimée) du prolétaire. C'est bien lui, Karl Marx, qui définit le judaïsme « réel » comme une religion qui pervertit la société catholique bourgeoise, une religion dont le Dieu réel (weltlicher Gott = Dieu mondain), est l’argent, une religion dont l'essence est l’égoïsme (Eigennutz), dont la motivation est l’intérêt, et dont le culte, est le trafic (l’usure). Et c'est ce qui fait que les juifs, pour fuir la figure marxiste de l'exploiteur, seront  hélas nombreux à se faire bolcheviques.

[1] et non Adolf Hitler, ou même Joseph Staline, qui n'étaient même pas nés en 1843, au moment où Karl Marx rédige sa fameuse réponse à Bauer sur 'La Question juive'

Hitler n'aura qu'à se baisser pour ramasser l'héritage de Karl Marx, en pouvant se payer le luxe d'ajouter - en prime ! - la figure du «juif bolchevique» à celle du juif capitaliste, et de prendre ainsi les juifs en tenailles !  Staline, de son côté, récupérera lui aussi l'héritage antisémite de Karl Marx lors des fameux procès staliniens du début des années 1950.


Annexes [PDF]: La « nation CHIMÉRIQUE » - Les Juifs et l’État dans la philosophie moderne avant Israël

A partir de le page 129: " Le jeune Marx et la cristallisation philosophique de l’antisémitisme « social » "Ayant établi, selon lui, que la religion qui n’est qu’un « phénomène », et critiqué les droits de l’homme qui sous l’apparence de droits naturels, ne sont pour Karl Marx (qui confond individuation et égoïsme) que le fondement égoïste des droits de la société bourgeoise, Marx invite à « considérer le juif réel du monde (wirklichen weltlichen) ».


Extraits choisis :  [NB : addenda du 14/02/2012  au billet original]
 Le secret du juif n’est pas dans sa religion, mais le secret de la religion dans le juif réel (wirklichen Juden)  (p. 49).
Nous reconnaissons donc dans le judaïsme un élément antisocial général et actuel qui, par le développement historique auquel les Juifs ont participé – sous ce mauvais rapport – activement (eifrig  mitgearbeitet), poussé à son point culminant actuel (jetzige Höhe) » (p. 50). 


NB: la conclusion de l'étude de la Question Juive par Karl Marx est effarante :
Dès que la société parvient à supprimer l'essence empirique du judaïsme, le trafic de ses conditions, le Juif est devenu impossible,  parce que sa conscience n'a plus d'objet, parce que la base subjective du judaïsme, le besoin pratique, s'est humanisée, parce que le conflit a été supprimé entre l'existence individuelle et sensible de l'homme et son essence générique. 
L'émancipation sociale du Juif, c'est l'émancipation de la société du judaïsme.


Raphaël Lellouche termine donc en notant, à propos de  Karl Marx, que :
Pour les Juifs eux-mêmes, l’héritage du jeune Marx se présentera donc comme ambivalent.
D’un côté, une promesse universelle de « travailler à l’émancipation humaine générale », mais c’est « du moment qu’il [le juif ] reconnaît la vanité de son essence pratique et s’efforce de supprimer cette essence » (Quest. juive, p. 49), c’est-à-dire à condition de renoncer à lui-même et à sa propre émancipation.
De l’autre, s’il choisit par contre de persister dans son être, alors le Juif peut devenir le symbole vivant  illustrant l’image répulsive d’un nouvel antisémitisme social, métaphysiquement fondé sur un « humanisme radical »…
Dans les deux cas, pour toute perspective d’émancipation, le marxisme du jeune Marx n’offre aux juifs, qui ne sont plus désormais à ses yeux ni une nation, ni une communauté religieuse – mais la classe des hommes d’argent –, qu’une alternative terrifiante entre une négation universelle de soi, et une négation par l’autre universalisée.



Post scriptum : il s'agit du fameux texte qu'Allegra ne pouvait pas lire, car son mari avait pris la revue Controverses (N° 11 - Mai 2009), puis ensuite qu'elle trouvait "trop compliqué à comprendre", ce qui lui a permis de se défiler à toute discussion (gênante) à son propos.

7 commentaires:

Goedkarma a dit…

Bonjour Elisa, as-tu vu ceci? http://www.revolution-socialiste.info/RS18Marx.htm

Naibed a dit…

Quel est l'intérêt de cette laborieuse et stupide bafouille remplie d'idéologie communiste, comparée à la brillante étude de Raphaël Lellouche dont le texte figure en annexe (pdf) de mon billet ?

Que reste-t-il, d'ailleurs, de cette bafouille, lorsqu'on en a retiré de langue de bois, les tentatives de jeter le discrédit, celles de noyer le poisson, les mensonges, les diffamations, et les diatribes idéologiques ? Rien ou presque !
Et notamment: aucun argument valable.


En résumé, quelques points, parmi d'autres, qui faussent radicalement la perspective de cet article:

1.
Pour commencer, ceux qui dénoncent l'antisémitisme de Marx sont de vilains méchants falsificateurs(des sionistes et des antisémites). Bonjour le hum, ...«argument» !


2. En 1843, lorsque Marx parle des Juifs, il s’agit en réalité des Juifs croyants, du judaïsme ...[blabla]... prétend notre marxiste, espérant trouver une porte de sortie.

Faux: dans le second chapitre de La Question juive, le chapitre central, celui qui traite de l’aptitude des juifs à s'émanciper ou non, Marx parle du «juif réel» et du «judaïsme réel». En précisant bien qu'il ne faut plus se laisser prendre à la religion qui n’est qu’un « phénomène », mais à « considérer le juif réel du monde (wirklichen weltlichen) » (p. 128)

Ce «juif réel», nous explique Karl Marx, c'est la classe des hommes d'argent, et ce «judaïsme réel», nous dit Marx, c'est une religion dont le Dieu réel est l’argent, dont l'essence est l’égoïsme (Eigennutz), dont la motivation est l’intérêt, et dont le culte, est le trafic (l’usure).

Raphaël Lellouche analyse ce chapitre comme étant le chapitre « maudit », antisémite, et en même temps le texte focal pour la période du «renversement» marxiste de la critique jeuneHégélienne, passant de la critique de la religion à la critique socio-politique

En clair: «la figure du juif», c'est le prototype même de la figure du bourgeois capitaliste!, celle tant haïe par le marxisme, et qu'il oppose à la «figure du prolétaire», qui est magnifiée et idolâtrée, en revanche!!!


3. l’assertion sur le « besoin pratique, l’égoïsme », [...] n’a rien d’antisémite»

dixit notre marxiste... qui oublie que ces caractéristiques, censées décrire l'essence pratique du judaïsme, sont aussi celle de l’individualisme des intérêts de la classe bourgeoise, que le marxisme combat férocement au nom de la lutte des classes !!!!

On ne saurait désigner plus clairement l'ennemi de classe !

D'autant que le judaïsme n'est plus, comme chez Spinoza, une sorte de simple fantôme de ce que fut la législation politique de l’antique État juif disparu, une sorte de reliquat culturel et religieux. Marx précise bien, au contraire, que c'est le judaïsme qui est devenu LA religion de ce monde, celle qui a perverti de l'intérieur la société bourgeoise chrétienne (sous-entendu: moins égoïste, moins rapace que la bourgeoisie juive, implacable dans sa recherche du profit) pour imposer sa domination universelle, celle qui est propre au judaïsme, et qui est l’aliénation proprement dite, c’est-à-dire un rapport fondamental à l’objet du trafic du besoin égoïste, à la marchandisation (veräusserlichen, verkäuflichen). Le Dieu des Juifs s’est mondialisé en devenant le Dieu du monde (« Der Gott der Juden hat sich verweltlicht, er ist zum Weltgott geworden ») nous dit encore Karl Marx.

Bref, on nage en pleins dans les clichés antisémites les plus purs, au service de l'idéologie la plus rance, celle de la lutte des classes !

Naibed a dit…

Je ne commenterai pas plus cet article lamentable, qui part un peu dans tous les sens, et qui se termine d'ailleurs en eau de boudin et en propagande, avec une apologie du marxisme et du communisme (une idéologie qui a fait plus de cent millions de morts), des palestiniens (ce pseudo-peuple inventé de toutes pièces par le KGB (avec l'OLP), pour rebaptiser les terroristes musulmans infiltrés en Israël!), des délires, des mensonges et des vomissures sur l'impérialisme, les puissances capitalistes, la société libérale, le sionisme, l'État d'Israël, etc. etc.

Bref la rhétorique débile gaucho-marxiste et antisémite (sous prétexte d'antisionisme) habituelle...

rachats de crédits a dit…

tu n'es pas philoosemite ? donc tu es antisémite.

comment grossir a dit…

je ne suis pas sûr du constat, il y a quand même 3000 ans de reproches avant

WikiDeb a dit…

Bonjour,

Vous serez certainement intéressé par WikiDeb, nouveau site collaboratif destiné à la cartographie des débats. Il a pour objectif de devenir un site de référence, présentant de manière structurée les arguments et les positions en présence à propos d'une grande variété de thèmes. Il vient d’être lancé et nous vous invitons à devenir l’un des tous premiers contributeurs !

Il a été développé dans le but de fournir un espace où des proposition d'actions collectives peuvent être documentées, argumentées et inventoriées.

N'hésitez pas à visiter www.wikideb.info et à utiliser l'aide disponible dans les "Premiers pas".

Bonne navigation,

L'équipe WikiDeb

Naibed a dit…

@comment grossir: Je n'ai parlé ici que de l'antisémitisme moderne.

Pour l'antisémitisme ancien (qui ne remonte pas aussi loin), il est certes bien réel, du moins en partie. Mais il y a aussi une exagération manifeste, une sorte de "scapegoating" inversé dans une certaine histoire juive qui consiste à adopter toujours la posture victimaire, même quand cela n'est pas justifié.

Je compte consacrer un jour un article à ce sujet difficile.