27 septembre 2005

Erotisme


L'érotisme est une quête, un désir de vivre l'amour dans toutes les dimensions de sa sensualité, de goûter sans vergogne aux plaisirs de la chair dans une sexualité d'autant plus riche et épanouie qu'elle est librement consentie entre deux partenaires égaux. Une sexualité pleine d'imagination et de fantaisie, une fête charnelle où les partenaires se respectent mutuellement, et savent qu'ils peuvent se faire confiance .

L'érotisme comporte une forme d'élan et de mystère : l'autre, le partenaire, est désiré à la fois en tant qu'autre mais aussi en tant qu'objet de désir.
Sans cette dualité, il n'y a, selon moi, pas d'érotisme. Sans cet élan vers l'autre, vers son altérité, vers cette différence qui fonde son identité, celle qui me grise, me trouble et m'émeut, l'autre serait réduit au rôle de simple objet et l'érotisme ne serait plus qu'une vulgaire pornographie.

Mais cette attirance par l'altérité de l'autre se double d'une recherche de communion dans laquelle on cherche aussi à s'approprier son corps, pour ne plus faire qu'un avec lui. Sans le mystère de cette double quête, comme je l'ai dit, l'érotisme ne saurait survivre.

Dans la préparation à cette fête charnelle, l'émotion des sens rejoint donc l'émotion de l'esprit : dans ce sens, l'érotisme s'apparente à la gastronomie, à l'oenologie, au goût des arts et de la littérature, p.e. En ce sens il peut confiner à l'épicurisme, voire même à la spiritualité.

Dans la consommation de cette fête charnelle, l'émotion des sens devient vertige, vertige de ces corps qui se donnent et qui se prennent, qui tentent de communier dans la chair comme ils communient dans l'esprit. Et dans cette tentative de communion charnelle, chacun devient tour à tour objet de désir et d'échange: incapable de fusionner avec l'autre dans sa chair, je cherche à le conquérir, comme je cherche à être conquise par lui. Dans cette double conquête, l'égalité ne nait que de la symétrie: nous sommes deux, et pourtant nous sommes quatre: deux conquérants et deux conquis, deux fusionnants et deux fusionnés.

A la fin de cette fête charnelle, chacun réintègre son propre corps et en reprend pleinement possession, redevient un individu à part entière, unique. Et, sauf procréation, il ne subsiste bientôt plus de cette tentative de fusion, qu'une petite part de l'autre, celle que l'on nomme le souvenir des sens.

N

02 septembre 2005

TP N° 01: Le féminisme est-il "contre" les hommes ?


La réponse est clairement
« Non »,

ou alors,
.. tout tout contre !!


:-)

Bienvenue sur ce Blog dédié au féminisme

Bienvenue à tous et à toutes

Ce blog a été créé pour vous faire partager quelques unes de mes réflexions sur le féminisme, et recueillir les vôtres.

Ce sera également l'occasion de partager des documents et des textes sur le féminisme d'aujourd'hui, et de montrer en quoi il est devenu tellement plus difficile aujourd'hui qu'hier d'être féministe..

Enfin, ce sera également l'occasion d'essayer de dégager ce qu'est
vraiment
le féminisme, ou du moins, ce qu'il devrait être, lorsqu'on examine notre société actuelle avec une certaine hauteur de vue, et qu'on cherche à en faire du féminisme une théorie cohérente, un instrument d'analyse et de réflexion, et un guide pour appréhender le futur.

Voilà. J'espère que le programme vous intéresse, et je ne manquerai pas de vous revenir très bientôt avec du concret.


N