25 novembre 2011

Ce Coran qui n'est pas le Noble Coran

Sur Bonne Haine, Mauvais Amour, un correspondant anonyme a écrit, 15 septembre 2011:
juste une question : lisez-vous et comprenez-vous l'arabe littéraire (on peut en effet la déchiffrer sans la compmrendre!) ? Cela me semble être le minimum quand on prétend analyser le style littéraire de ce Noble Livre!
Ma réponse avait été la suivante :
Je ne comprends pas ce que cet «arabe littéraire» vient faire dans cette discussion sur un livre écrit bien avant que la langue arabe littéraire ne voie le jour (je ne parle même pas ici de l'arabe moderne). 
Quand au «Noble Coran», l'expression tendrait plutôt à faire rire, tellement elle est grotesque, face à un livre tellement déformé, trituré et trafiqué en tous sens par des scribes des [VIII°,] IX° et X° siècles (voire encore par après) à la demande des califes qui se sont succédé à ces époques, détournant à leur profit le contenu initial [messianisme juif antichrétien visant la reconquête de Jérusalem], pour en faire le manuel de guerre et de terrorisme d'une idéologie militaro-religieuse au service de leurs ambitions de conquête. 
Il faut, en effet, une vigoureuse analyse historico-critique pour espérer retrouver -et encore, seulement en partie - l'islam des origines qui a été complètement dénaturé (et en partie effacé) par islam califal (avec sa sunna, ses hadiths, etc...) que nous connaissons aujourd'hui. 
NB: les parties entre [] ne figurent pas dans la réponse initiale, et ont été ajoutées ici pour explicitation..

Développons un peu cette réponse:


 1. L'arabe classique n'existait tout simplement pas à l'époque du prophète, comme l'a brillament démontré Christoph Luxenberg (obligé d'écrire sous pseudonyme, pour préserver son existence), dans son excellent livre "Die Syro-Aramäische Lesart des Koran : Ein Beitrag zur Entschlüsselung der Koransprache" [Lecture syro-araméenne du Coran. Contribution pour décoder la langue coranique] publié en 2004, et qui a provoqué un séisme dans les études coraniques. Contrairement à ce qu'affirme la tradition musulmane, il n'existait en effet pas d'arabe unifié à l'époque, mais une quantité de dialectes arabes peu standardisés, ayant pour racine commune le syro-araméen, une variété d'araméen, qui était une langue liturgique, mais aussi la langue utilisée par les élites, et les gens instruits, et était donc très répandue dans tout l'Orient et même dans la péninsule arabique. Mahomet [1] , selon la tradition [2] ne pouvait donc pas écrire [3] en arabe (lequel choisir?) sous peine de se couper d'une frange importante de son public. Il opta donc pour un moyen terme, en reprenant ce qui pouvait sembler suffisamment commun à ces différents dialectes pour constituer le noyau dur d'une langue en devenir. Et en gardant le vocabulaire syro-araméen pour le reste.

On peut donc dire que ce qui constitue le Coran fut donc écrit, au départ, dans un jargon arabo-araméen constitué:

  • d'une part, d'une forme d'anticipation de ce que devait donner l'unification des dialectes pré-arabiques, basée sur un noyau de mots communs courants
  • d'autre part, partout où l'approche précédente n'était pas possible (essentiellement, dans les textes plutôt liturgiques) d'une importation pure et simple de mots et de tournures de phrases issus du syro-araméen

Cette sorte de langue intermédiaire, créée pour les besoins immédiats de la prédication, a peut-être constitué le prototype de la langue arabe classique. Mais cette langue ne s'est pas réalisée du jour au lendemain: il a encore fallu de longs siècles pour que la langue nouvelle se dégageât de l'ancienne. Lorsque la transformation s'est finalement opérée, pour donner l'arabe classique, celui-ci était assez différent de l'arabe ancien du texte coranique, souvent obscur, voire incompréhensible (notamment les mots et tournures de phrases provenant du syro-araméen) d'où un nombre considérable de méprises et de contresens dans la lecture et la compréhension de ce texte.


  2. Quant au «Noble Coran», on peut considérer qu'il n'existe tout simplement pas, vu que le Coran actuel n'est tout simplement  ...pas  le Coran !

En fait, il serait plus correct de décrire le Coran actuel comme étant au départ les "Actes de l'islam" (un peu comme les "Actes des Apôtres" pour le christianisme).

En effet, lorsqu'on débarasse le soi-disant «Coran» actuel de ses nombreuses scories de toutes sortes, ajoutées par après par des scribes des IX° et X° siècles (voire encore bien plus tard) sur instruction des califes qui se sont succédés à cette époque, l'analyse historico-critique montre clairement qu'à l'origine, ce texte coranique (proto-Coran) n'était qu'un recueil de feuillets destiné à la prédication, plus que probablement issus du judéo-nazaréïsme, et transcrit en arabo-araméen.

Ce texte fait d'ailleurs très clairement mention d'un autre livre en cours de traduction en arabe (en "un arabe clair", dit le texte coranique) et dont il nous tient au courant de l'avancement jusqu'à son achèvement. Cet autre livre - qui aurait dû devenir le véritable livre liturgique, le livre fondamental (livre=Coran) des musulmans ! a malheureusement disparu ou - plus probablement - été détruit par la branche hérétique des adeptes de l'islam califal, qui allaient supplanter les musulmans historiques qui n'étaient, à la base, que des juifs arabisés, disciples du nazaréen.

Ce véritable Coran, que l'on aurait pu appeler, effectivement, le Noble Coran  était sans doute la traduction en arabe dialectal de l'époque (un langage arabo-araméen)  d'un lectionnaire syro-araméen, un recueil de textes choisis de l'Écriture (AT, NT et textes apocryphes), comme il en circulait pas mal à l'époque. Ce genre de lectionnaire  était utilisé par les nazaréens, que l'on appelle aujourd'hui "judéo-nazaréens" (ou nazoréens), pour bien distinguer ces "chrétiens" judaïsants de la branche dissidente des chrétiens hellénisés et des païens convertis qui suivaient l'enseignement controversé de St Paul et qui allaient donner les différentes églises chrétiennes que l'on connait aujourd'hui. (qui constituaient les authentiques disciples de Jésus le Nazaréen, issus de la première communauté connue, celle de Jérusalem)

Le texte du Coran actuel contient, en effet - à l'instar des Actes des apôtres - de nombreuses traces des différentes polémiques et controverses théologiques que ces "chrétiens" historiques entretenaient avec ceux qui suivaient l'enseignement de Saül de Tarse (appelé par la suite "St Paul"):

Ces judéo-nazaréens [4] - parfois appelés aussi ébionites - ont probablement connu des authentiques disciples de Rabbi Yeshoua (Jésus le Nazoréen), issus de la première communauté connue, celle de Jérusalem. Mais, en tant que juifs à part entière, ils rejetaient vigoureusement ce qu'ils considéraient comme des ajouts et des distorsions par rapport à l'enseignement juif authentique de leur maître à penser et leur prophète, qu'ils considéraient certes comme prophète et messie, mais certainement pas comme le fils de Dieu, car ce caractère d'homme-dieu était considéré comme une hérésie pour ces juifs et ces monothéistes stricts qu'étaient les nazaréens . Idem pour les inventions "héllénistes" ultérieures, comme la Trinité, l'abrogation de la circoncision et des interdits alimentaires, le changement du jour du sabbat, etc. qui étaient pour eux autant d'innovations qui contrevenaient à la loi juive.

Tout ceci, et bien d'autres considérations encore (comme les nombreux ajouts, retraits, falsifications et autres inventions introduits imposent une relecture critique du Coran,  dégagé de la tradition tardive (sunnah, hadiths, vie de Mahomet...) introduite par l'islam califal pour transformer la religion initiale en idéologie militaro-religieuse totalitaire,

Une relecture à nouveaux frais, basée sur tous les moyens scientifiques moderne (exégèse historico-critique, archéologie,  etc.) pour, comme le suggère Rémi Brague, enfin  sortir enfin du cercle   frelaté des nombreux mensonges d'une tradition  tardive inventée de toutes pièces, et  qui empoisonne la vie des musulmans et des non-musulmans !
[1]  Muhammad (Mahomet en français) ne s'appelait d'ailleurs pas ainsi! Muhammad vient d'une mauvaise traduction de  "MHMD", un participe passé signifiant le "bien-aimé" (Sourate 3.144 ; 33.40 ; 47.2 dans les anciens textes coraniques). Ou encore  avec "HMD" qui veut dire "Précieux" (Sourate 61.6), mais les termes "Bien-aimé" et "Précieux" étaient à l'époque des surnoms donnés par les juifs dans le Talmud à Moïse  et au prophète Daniel, un usage avec lequel les gens d'alors, au Moyen-Orient, étaient familiers.
Par ailleurs,  une étude historico-critique  du Coran a montré que celui qu'on a dénommé, par erreur, Muhammad ne vivait pas en Arabie non plus, mais bien en Syrie, là où se trouvait le caravansérail des Qoreychites (tribu à laquelle il appartenait), près du port de Lataquié !

[2] ...ou plutôt: le scribe qui a fait son instruction, selon ce qu'on a pû effectivement découvrir en soumettant le texte coranique actuel à une analyse historico-critique serrée. 

[3] On fait l'impasse, ici, sur la légende niaise et les nombreuses inventions, et autres fariboles pieuses de toutes sortes que l'on trouve dans la tradition, et qui obscursissent, plus qu'elles n'expliquent, les véritables origines du Coran: soi-disant transmission orale (on est quand même au VII° siècle après JC, et l’apparition de l’écriture (en Mésopotamie) date de la fin du IVe siècle avant J.-C, soit il y a un bon millénaire!), inscription de versets sur des débris de poterie, des os de chameaux et autres matériaux folkloriques (l'ancètre du post-it ?), et plein de couillonnades du même style !

[4] À lire sur le sujet de la présence des [judéo-]nazaréens [et non des chrétiens], comme dans le texte du Coran, en rupture avec le discours habituel, musulman ou islamologique, qui affirme que : 
• l’expression coranique « gens du Livre » (ahl al-kitâb, litt. « tente de l’Ecrit ») désignerait globalement les juifs, les chrétiens et les musulmans. Or, dans les feuillets primitifs (qui constitueront plus tard, après avoir été trafiqués, le « Coran » des Califes), on voit clairement que ahl al-kitâb” désigne exclusivement les possesseurs de l’Ecrit, ceux qui forment sa “famille” c’est-à-dire l’ensemble des fils d’Israël, quelle que soit leur obédience (“l’Ecrit” en question étant la Torah) ]; 
• le terme de “nasârâ” serait le nom des chrétiens en arabe [dans les feuillets coraniques primitifs, les “nasârâ” constituent l’autre branche juive dont il est question dans le Coran (à côté de celle des yahûd-juifs d’obédience rabbinique), et ce terme doit être rendu par “nazaréens” – ce que même les Saoudiens sont obligés de faire à certains endroits dans leur traduction.[pour masquer le fait que les nazaréens sont, en fait, les véritables ancêtres cachés des musulmans].
Si vous avez le temps, voici une excellente explication très didactique  de cette exégèse (avec prononciation des versets concernés, en français et en arabe): Ce que le Coran dit vraiment des Juifs et des Chrétiens (vidéo).
NB: le lecteur qui voudra tout savoir de cette question pourra lire avec profit l'excellente étude - une véritable somme, de quelques 1100 pages - résumé de la thèse exégétique développée par le père  Edouard-Marie Gallez : Le messie et son prophète. - Aux origines de l’Islam.

Résumé et développements ultérieurs:  [Addenda du 7 juin 2016]
Les feuillets coraniques primitifs étaient écrits par des juifs nazaréens.... Mahomet (qui ne s'appelait pas comme ça,.. c'est une confusion des scribes ultérieurs avec la racine MHMD) vivait probablement du côté de Lataquié (où se trouvait un vaste caravansérail, et où on trouve des traces de sa tribu, les Qoraysh), et n'a visiblement jamais été à La Mecque (dont la description qu'il donne est entachée d'erreurs) et où il n'a sûrement jamais rencontré des "polythéistes" (ce qui aurait vraiment été étonnant au VIIème siècle!!)! Les musulmans, qui étaient des arabes convertis au nazaréïsme (branche anti-chrétienne du judaïsme), priaient, comme les autres juifs vers Jérusalem, comme le montrent des traces significatives dans le Coran actuel, ainsi que l'orientation des plus anciennes mosquées, tournées vers Jérusalem...

Bref, ces écrits coraniques primitifs ont été complètement dénaturés et contrefaits par des scribes aux ordres de califes ultérieurs, qui ont probablement assassiné les chefs nazaréens, après l'échec de la première tentative de prise de Aelia Capitolina (Jérusalem) en 629, qui fut repoussée par les Byzantins (échec que tente de camoufler la sourate les Romains) à Mou‘ta.

La tentative suivante en 637 par Omar ibn al-Khattâb fut la bonne. Mais la lente réécriture des feuillets coraniques - qui n’étaient au départ que de simples feuillets de prédication - pour en faire un « nouveau Coran » débuta probablement peu après.  Elle allait prendre des siècles!

Quant au véritable Coran (Livre) d'origine, c'était un lectionnaire, voire une traduction complète en arabe de la Bible. Un travail de traduction dont ces feuillets de prédication des nazaréens avaient suivi l'évolution (ce dont on trouve également des traces dans le Coran actuel). Et qui fut plus que probablement détruit pour qu'on ne puisse en retrouver de traces.

Les scribes à la solde des califes eurent donc pour mission de refaire un nouveau Coran au départ d'une sélection parmi les feuillets de prédication des nazaréens, tout en masquant l'origine judéo-nazaréenne de ceux-ci (notamment en donnant une origine pseudo-païenne mecquoise). Ce « nouveau Coran devait servir de socle à une religion militaro-religieuse totalitaire souhaitée par ces mêmes califes pour consolider leurs conquêtes, et contrer le judaïsme et surtout le christianisme, qui auraient pu s'y opposer.

Pour en savoir plus:  [Addenda du 20 mars 2017]
Vous pouvez vous rendre sur le site suivant, et télécharger le livre suivant, au format PDF (96 pages)
Une courte synthèse est également disponible (soit en version complète, soit 1ère et 2ème parties  disponibles séparément).

Le Grand Secret de l'islam
L'histoire cachée de l’islam révélée par la recherche historique
_____________________________________________________________________



15 commentaires:

HerbeDeProvence a dit…

Très intéressant!
Sur les origines de l'islam tu dois connaitre ça je suppose:
http://www.islam-documents.org/

Jeanmi a dit…

Après 3 années d'arabe littéraire à l'INALCO (Lang'zo) et d'islamologie je peux témoigner ici de la véracité de ces écrits. L'arabe littéraire n'a été fixé qu'après la mort du prophète pour étalonner la prononciation d'une langue presque uniquement orale. Le diacritisme (les points sur les lettre qui distinguent un B d'un T par ex.)est venu beaucoup plus tard. De plus l'ordre historique des sourates a été modifié par le Calife Othman en privilégiant le classement par ordre de taille, en commençant par la plus petite, ce qui aujourd'hui ne veut plus rien dire historiquement.

Anonyme a dit…

Naibed, j'ai lu des pages de ton blog avec intérêt : l'analyse me plaît, l'angle de vision aussi, jusqu'au moment où tu mets l'anti-sémitisme ...non, c'est pas ça, le peuple palestinien est aussi d'origine sémite... l'antisionisme en avant (ainsi que l'anti américanisme).
Vois-tu, je suis profondément laïc, pas athée car ne sachant pas si Dieu existe, je lui en laisse l'opportunité, mais totalement agnostique car, pour moi, les religions ont créé l'obscénité du rite pour laver le cerveau de l'homme et l'asservir (entre autre à des pensées qui peuvent être d'ordre gramsciennes -je viens de découvrir, en te lisant, cette pensée débilitante).
Celle qui me paraît la plus équilibrée est l'animisme de certaines tribus indiennes d'Amérique du Nord, qui vénèrent la Terre-Mère, qui ont l'humilité, avant de le tuer, de remercier le bison de leur donner sa viande afin d'être nourri...
Alors, quand tu te plains de la judéophobie, je m'inquiète sur l'impartialité de ton jugement : une de mes soeurs, qui a vécu 7 ans à Beer-Sheva, m'en a raconté assez pour comprendre que ce pays et son peuple a droit a autant de mépris que ses adversaires, mais que bien de ses habitants, comme dans tous les pays, y compris chez ses adversaires, ont droit à une grande admiration.
Je trouve la gay-pride obscène car elle confine à la religion, qu'elle expose sur la place publique les relations au sexe, qui font partie de l'intime de la personnalité humaine, qu'elle met en avant la chair du sexe et en bafoue la spiritualité et le sentiment... Depuis 40 ans, j'ai des amis qui vivent en couples homosexuels d'une manière naturelle, discrète mais forte, d'un amour profond les uns pour les autres, qui ne sont aucunement échangistes, et qui, si l'un est séropositif, savent vivre avec assez d'amour précautionneux pour que l'autre n'en soit pas atteint.
En te lisant, il me semble comprendre que tu ne critique pas le Coran initial mais ce que la perversion de certains en a fait, tu ne critiques pas l'homosexualité mais ce que la perversion de certains en a fait...
Alors, continue d'analyser les systèmes, d'en faire la critique, mais mets-y moins de partialité ou d'affectivité primaires et viscérales, moins de vindicativité et de hargne, et tu gagneras en crédibilité.

Naibed a dit…

Ma réponse, sur le blog Dreuz, à un cent millionième chantre de l'islam-RATP, pour tenter de détourner l'attention des horreurs absolues commises au nom de (et en conformité avec) cette «religion»...
==================================

Je le connais bien, moi le Coran, RB. Et je peux vous résumer le résumer, lui et l'islam qui en découle, en deux lignes:

*** L'islam est dans ses textes, un appel au terrorisme
*** Et dans son application courante, du terrorisme


Et ce terrorisme commence par le terrorisme intellectuel des musulmans "modérés" comme vous, qui prêchent l'islam-RATP (cette licorne que personne n'a jamais vue, mais dont tout le monde admet(tait) l'existence), et qui ne sont, en fait, que l'autre face de la même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire

Comme dans le modèle "Good Cop/Bad Cop", l'islam avance selon deux axes stratégiques: les musulmans immodérés (fondamentalistes et terroristes) terrorisent directement les peuples, les effraient et les déstabilisent. Arrivent ensuite les musulmans modérés, qui leurs arrachent des accommodements [dé]raisonnables. Et puis, on recommence le cycle. Etc. etc.

Quant aux feuillets coraniques que vous appelez le Noble Coran, et qui ne sont, à l'origine que les Actes (déformés) de l'islam, ils ont été tellement trafiqués et triturés en tous sens, et complété d'une montagne de hadiths tous plus bêtes et méchants les uns que les autres, pour en faire cette caricature au service de l'islam califal, que celui-ci mérite, tout au plus, le nom d'ersatz de religion . Une contrefaçon grossière de judaïsme et de christianisme (il faudrait parler, plus précisément, de contrefaçon de judéo-nazaréisme) destiné à masquer l'idéologie totalitaire militaro-religieuse de type mafieux qui se cache derrière !!!

alex a dit…

Dieu ,il n'y a de divinité que Lui, le Vivant Celui qui subsiste par Lui-même, ni l'assoupissement ni le sommeil n'ont de prise sur Lui. Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre Lui appartient,qui intercèdera auprès de Lui sans sa permission ? Il sait ce qui se trouve devant les hommes et derrière eux, alors que ceux-ci n'embrassent de Sa science que ce qu'Il veut. Son trône s'étend sur les cieux et sur la terre , leur maintien dans l'existence ne Lui est pas une charge . Il est le Très-haut , l'Inaccessible

Naibed a dit…

@Alex: Ce billet n'a pas la prétention de dire ce que Dieu est, ni où vous avez une chance de Le rencontrer: il appartient à chacun d'essayer de le découvrir, s'il le souhaite, et si c'est possible, en effet.

Mais ce billet a pour but d'aider à discerner là où vous ne Le trouverez certainement pas. Et vous ne le trouverez certainement pas dans le Coran califal, où vérités et mensonges sont étroitement et habilement mêlés, de façon quasi diabolique! Le «Allah» de l'islam est, au mieux, une caricature du génie de la lampe d'Aladin [1], au pire, l'oeuvre de Satan lui-même !On est donc bien loin de la pure transcendance que vous évoquez !

Hope this helps !

------------------------------------------------------------
[1] Une caricature de l'histoire d'Aladin, sur fond de falsification d'une religion disparue, où le prophète Muhammad aurait campé un Aladin capable de se montrer particulièrement odieux, retors, brutal, cupide, licencieux et abject. Comme dans la seconde phase de sa vie (après l'Égire), où il devient un chef de guerre, capable de faire «descendre» des versets de circonstances qui n'ont rien de transcendants, mais qui ne servent qu'à satisfaire ses désirs lubriques les plus pervers ou ses buts politiques les plus variés et les plus retors de chef mafieux cruel dénué de scrupules !
Difficile d'y distinguer la moindre trace de la transcendance!

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Mohamed-Mokrane Catholique Algérien a dit…

@ Jeanmi : L'Arabe pré-islamique - Pr Manfred KROPP au Collège de France - 6 octobre 2005
http://www.youtube.com/watch?v=SQJY1OdHtJc

Le fait coranique - Pr Manfred KROPP au Collège de France - 11 octobre 2005
http://www.youtube.com/watch?v=7G1dHK7fbqk

Islam : tradition écrite versus tradition orale - Pr KROPP au Collège de France - 17 octobre 2005
http://www.youtube.com/watch?v=SiKd_IsX0Yw

Anonyme a dit…

en réponse à la vidéo sur islam et vérité (ils ne l'ont pas affiché), faite passer le message :

les seuls à avoir suivi les enseignements de Jésus sont ses compagnons ses apôtres et encore Jésus fût crucifié devant eux devant tout le monde même et personne n'a bronché... ma question est qui va aller au paradis alors puisque tous l'on vu se faire crucifié se faire poignardé par la lance d'un garde et tous restèrent sans bronché, alors qui Jésus attend au paradis???

je sens la haine monter en toi... franchi le pas et passe du côté obscur de la force... c'est le pouvoir qui t'attend... vas-y déchaine toi et montre ton vrai visage au monde, il n'attend que ça!!!

Anonyme a dit…

qui Jésus attend au paradis???
Et bien, la réponse peut être courte: Tout ce qui se repentirons et accepte Jesus, afin que sa vie change.
En effet, Jesus savais depuis le départ qu'il serait sacrifié et ce annoncé par les prophètes de l'AT. Pourquoi ? En effet, c’est dans le sang que se trouve la vie d’un être. Le Seigneur vous permet d’utiliser le sang sur l’autel pour recevoir le pardon de vos péchés. Oui, le sang obtient le pardon des péchés parce qu’il porte la vie. Levitique 17:11
C'est la raison du sacrifice, et Jésus est le sacrifice ultime, il est venu pour qu'on puisse avoir le Pardon. Et il ne s'est pas arrêter à ca, il est l'exemple parfait pour l'homme, un ami, un enseignant, un protecteur et bien sûr Sauveur et l'Emmanuel (Dieu avec nous) car seul Dieu donne le pardon et un homme ne peut porter le Salut du monde et enlever le peché du monde. C'est pour ça que celui qui se donne à Jesus sera sauvé. Repenter vs et donner vs.
Après, que ses disciples, non personnes n'as bronché, appart dire que c'était écrit ainsi.
Jésus refuse la violence (lire NT), et puis il l'as dis, son royaume n'est pas de ce monde effemere sinon on se serait battu pour Lui. Et enfin, Jeremie disait qu'une idole, un faux Dieu avait besoin que ses adeptes le porte et le soutienne et le défende tel un épouvantail OR le Dieu vivant lui n'as pas besoin qu'on lui porte assistance ni secours car il est puissant et sage, sa volonté saccomplit. Jésus a voulu donner sa Vie pour que tu vive pour lui et ainsi renaître, le suivre, ressuscité avec Lui.
Il as fais tout ça pour toi car il t'aime même si tu le persécute, l'abandonne et trahi en pêchant. Car l'Amour est patient et pardonne tout.

Naibed a dit…

Je suppose que cette conversation fait référence à cette page! où elle trouverait mieux sa place.

L'article ci-dessus propose de faire une exégèse du point de vue historico-critique, en examinant ce que le texte a à dire sur lui-même, sa cohérence (ou non) par rapport à sa structure, mais aussi en le confrontant aux faits historiques, archéologiques, linguistiques, et autres dont on dispose. Le but étant de mieux comprendre en le confrontant aux faits historiques, archéologiques, linguistiques, etc. dont on dispose. Le but étant de mieux comprendre sa logique interne, les différents stades de son élaboration, les interpolations ultérieures, et les problèmes qu'il pose de façon interne (comme, p.e., lors de sa cantillation), ou externe (par rapport aux faits et narrations extérieurs à celui-ci. C'est ce qui permet de comprendre que l'islam est une contrefaçon assez grossière d'une religion nazaréenne préexistante, opposée au christianisme paulinien. Une énorme contrefaçon destinée à soutenir les conquêtes des califes, en opposant cette idéologie militro-religieuse au christianisme des contrées envahies!

Mais ce blog ne s'occupe pas de questions religieuses proprement dites, ni de l'exégèse rligieuse correspondante.

Anonyme a dit…

Je suis tout à fait d'accord.
Veuillez excuser mon petit hors sujet mais je me suis juste permis de répondre à la question posée avant mon précédent commentaire .

Cyprien Justine a dit…

Je voudrais vous faire part de la parution du livre de Malek SIBALI : Allah qui es-tu ? aux éditions de Paris. www.editions-de-paris.fr 19 € à commander en librairie. Je vous recommande le blog : http://torah-injil-jesus.blog.co.uk Je vous souhaite bonne lecture et bonnes recherches!

Retour duChrist a dit…

le Coran des origines selon le Prof. Luxenberg

Élisa Naibed a dit…

Une intéressante interview du Père Edouard-Marie Gallez en 2016

Qu'est-ce que l'islam?