06 août 2006

Conflit Israélo-arabe: les vraies raisons du conflit

Sur le fil Asexualité, le 04 août, 2006 19:40 Anonymous a dit:
Je suis cathastrophé par le conflit israélo-arabe.

Réponse de naibed:
Qui ne le serait pas ? Encore convient-il de comprendre les tenants et aboutissants de ce conflit (encore appelé "israélo-palestinien", bien qu'il soit plus large que cela) , et ne pas rejeter tout sur Israël, dont la réplique, certes forte et implacable, est à la mesure  de la guérilla implacable que lui mène l'extrémisme religieux, tant par le Hezbollah que par une majorité de palestiniens de l'intérieur. Qui s'appuient sur le coran, pour chercher, ni plus ni moins, que la destruction d'Israël, comme cela a toujours été clairement dit par Arafat, et mis en pratique par aussi bien par l’OLP et le Fatah (prétendument laïque) que par le Hamas, plus ouvertement extrémiste, et le Hezbollah, un groupe d’extrémistes financés par la Syrie et l’Iran, et qui bénéficie de la complicité hypocrite du Liban, qui n’a rien fait depuis le retrait des israéliens de la zone sud, il y a cinq ans. Au contraire, ce geste de bonne volonté d’Israël a été interprété comme une faiblesse, et le Hezbollah a perfectionné ses techniques de guérilla à l’extérieur, tandis que le Fatah et le Hamas le faisaient de l’intérieur des territoires occupés. Israël a donc décidé de répondre de la façon la plus dure, pour en terminer avec ce danger permanent.

Ce que les arabes et en particulier les palestiniens ont longtemps présenté aux occidentaux crédules comme une « guerre de libération » n’est rien d’autre qu’une « guerre de conquête religieuse » particulièrement infecte visant à supprimer les juifs pour mettre toute la région sous la tutelle musulmane, et préfigure ce qui attend les européens s’ils continuent de faire l’autruche en niant la nocivité intrinsèque de cette religion sectaire qu’est l’islam, dont le coran non seulement incite au mépris à la violence envers la femme et le non-musulman, qu’il soit juif, chrétien, ou athée, et surtout les apostats (comme Salman Rushdie), qui risquent la mort, parce qu’ils refusent d’encore adhérer à cette secte dangereuse, ou même parce qu’ils en contestent le prosélytisme guerrier et la logique de mort que draine l'islam .

Quant aux européens, et particulièrement les français, ils pratiquent depuis toujours un antisémitisme (1) plus ou moins larvé, combiné avec une complaisance opportuniste, veule et lâche, en faveur des arabes, entre autres, pour des raisons pétrolières, notamment.


(1) antisémitisme qui n’était pas qu’allemand, loin s’en faut ! un détail souvent caché de l’histoire, c’est que Hitler, avant d’envisager la solution finale, a proposé aux pays européens d’accepter chez eux les juifs qu’ils voulait expulser d’Allemagne. Ce que tous ceux-ci se sont empressé ...de refuser.

Après la guerre, les européens ont voulu se dédouaner à bon compte, en permettant la création d’un état juif en Palestine, où vivaient quelques juifs qui n’avaient pas suivi l’exode, et quelques arabes et dont aucun ne se disaient « palestiniens» à l’époque. La Palestine n’était à l'époque qu’une division administrative d’une entité plus vaste qui a été longtemps sous le joug ottoman (turc), avant de passer sous protectorat anglais.

Par après, les arabes de Palestine ont habilement confisqué le terme de palestinien, pour revendiquer la totalité du territoire. Et camoufler leur guerre d'extermination religieuse sous les dehors d'une soi-disant "guerre de libération"

44 commentaires:

Nikk a dit…

Moi, je suis catasprophé par cette magnifique analyse (sic) du conflit israelo-arabe. Vous ne seriez pas une extrêmiste financée par des sionistes par hasard ?

Naibed a dit…

Ah je vois ! encore un tenant de l'obsurantisme qui a du mal à digérer que l'on ose dise la vérité à propos de la motivation réelle des « braves » musulmans qu'il défend, et à propos des fondements religieux sur lesquels leurs actions s'appuient.

Alors, que fait le tenant de l'obsurantisme malhonnête, lorsqu'il s'avère incapable d'aligner un seul contre-argument ? ..Ben un gros procès d'intention bien gras et bien cauteleux, évidemment !
(car, dans sa petite tête binaire, ça se passe évidement comme dans les westerns : ceux qui ne sont pas dans "son" camp (les "bons") sont forcément dans l'autre).

Pour les personnes de bonne foi, précisons que je n'excuse certainement pas que tout ce que Israël a fait dans cette guerre, mais je comprends que quand une bande de « civils » ultra-fanatisés et obsédés par l'extermination des juifs mènent une guerrilla partout au Sud-Liban, camouflant leurs actions au sein du reste de la population, dans les écoles, les hôpitaux, etc.. les réponses puissent entraîner des bavures.

Mais je me méfie fort des chiffres alignés par nombre de médias sans recoupement, faisant état d'un grand nombre de « civils libanais » tués, alors que l'armée israélienne a, à chaque fois, prévenu à l'avance par les médias, par tracts, etc. des zones susceptibles d'être bombardées.

Nikk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Raoul T. a dit…

Quel ramassis de bêtises et de conneries dans la dernière intervention de ce nikk: toute la désinformation gauchiste de caniveau dans un seul post : faut le faire !

Naibed a dit…

Ce blog est d'abord fait pour ceux et celles qui sont instruits, lucides et de bonne foi. Bref, capables de s’informer sérieusement sans parti pris idéologique, et d’analyser la (sombre) réalité telle qu’elle est, en appelant un chat un chat. Ceux qui ont lu le coran, savent de quoi ils parlent, et mesurent le caractère profondément violent, pernicieux, criminogène et totalitaire de l’islam, qui n’est aucunement une religion d’amour et de paix, mais bel et bien une secte ultra violente, intolérante, effroyablement raciste, machiste et, de surcroît, belliqueuse et totalitaire

Ceux-là comprennent que trop bien que l’islam (et la violence radicale islamique qu'il véhicule) est bien le point commun incontournable entre le terrorisme international, les soi-disant mouvements de libération (qui ne sont qu’une variante locale du même terrorisme basé sur le même fanatisme religieux ultra-sectaire), les pratiques sournoises de l’immigration, conçue comme mode de conquête « non-violente » , menée en parallèle de la conquête par le terrorisme (et dont Israël est la première cible)

Et que cette violence « licite » du coran, peut selon le cas, se manifester de façon ouverte (le « djihad », quand le musulman se sent en position de force) ou feutrée (quand il progresse masqué, en « victime pleurnicharde », mais qui attend son heure pour trahir celui qui l'a accueilli ou qui a eu le tort de lui faire confiance (1). Mais toujours avec ce mépris et cette discrimination effroyable envers le non-musulman, (qu’il soit juif, chrétien, athée, ou encore apostat), que l’on peut trahir impunément, voler, tuer, réduire en esclavage ou en dhimmitude (ce qui revient presque au même), etc.

Un mépris et une discrimination qui font écho à une autre violence et un autre mépris tout aussi effroyable dans lesquels nombre de musulmans tiennent les femmes, considérées comme des moins que rien, soumises de façon abjecte non seulement à « dieu » mais au père, aux frères, au mari… Que l’on marie et répudie à l’envi, que l’on prostitue légalement selon la sharia (les fameux « mariages temporaires », conclus parfois le temps d’une simple « passe »), les mariages forcés, les viols, les (odieux) crimes d’honneur (où l’on tue et/ou viole une femme d’une autre famille par « vendetta », pour « laver l’honneur » (beuark !) , les dols d’héritage, de témoignage en justice (le témoignage d’une femme ne vaut jamais que la moitié de celui d’un homme), les lapidations, les excisions, etc…

(1) « musulman modéré » qui n'est, bien souvent, que l'antichambre du musulman extrémiste, voire du musulman terroriste (malgré les nuances que certains cherchent à nous faire accroire, en utilisant le vocable "islamiste", comme s'il y avait une différence de nature, alors que musulman et islamiste sont, dans la définition comme dans les faits, synonymes) qu'il ne peut aucunement renier, parce qu'ils constituent la même "oumma", la communauté des croyants. Ce qui explique que les masses musulmanes se déchaînent, ivres de haine, à l'occasion de simples caricatures, ou lorsque le pape Benoît XVI ose évoquer des points qui sont pourtant explicitement décrit dans le coran, comme les conversions forcées, ou le djihad) ne font entendre, lors des multiples actes de terrorisme, les génocides pratiqués au Darfour ou au Sud du Soudan, et autres actes abjects et barbares pratiqués à longueur d'années par leurs semblables, qu'un ...silence assourdissant !

Ce blog n’est donc pas la place pour les pleurnichages, mensonges et autres désinformations gaucho-gnangnans ouvertement pro-arabo-musulmans, qui dégoulinent de partout, et notamment dans une presse française de plus en plus puante et antisémite, qui camoufle volontiers ses calculs mesquins (notament guidés par Total) et sa médiocrité et sa petitesse franchouillarde, sur fond de jalousie et de médiocrité nationale, en pratiquant un antiaméricanisme primaire et virulent.

--------------------------------------
Donc, pour les autres, ceux qui sont habitués à polluer internet et usenet de leurs déjections nain-tellectuelles et gaucho-gnangnans, en pratiquent la méthode coué, et en espérant que la répétition tous azimuts de leurs mensonges vaut vérité, inutile de chercher à polluer ce blog : je vous ai trouvé un endroit ad hoc sur usenet où ranger vos âneries et mensonges : ça s’appelle : alt.idiots
(et vous y serez en bonne compagnie)

From Soc.culture.israel a dit…

Arab-Israel conflict explained in twenty lines or less

Diane a dit…

C'est violent dis donc ce que tu dis là.
Tu as peut-être raison, peut-être tord, peut-être que c'est également nuancé.
Je dis ça parce que évidement ce que tu écris, je ne peux le prendre comme LA vérité, surtout si tu dénonces ce que d'autres sources clament.
Je passe juste pour dire que j'ai lu, et que je te remercie de cet article, car j'y réfléchirai.

Naibed a dit…

Je sais bien que ce que je dis peut paraître violent.
Nuancer ?...mais nuancer quoi et pour quoi faire ? Faut-il édulcorer la réalité (qui est, par certains côtés) encore plus violente que ce que je décris), pour satisfaire au « politiquement correct » ?

Tout au plus puis-je insister (comme je l'ai déjà fait, d'ailleurs) sur le fait que «musulman» est une «définition à tiroirs» qui vise, selon le cas, des gens d'origine musulmane (1) , de culture musulmane (2) , ou de «religion» musulmane (3) .

Et qu'il ne saurait être question de pratiquer un amalgame douteux avec les personnes d'origine musulmane et/ou de culture musulmane qui cherchent à prendre leurs distances, voire ne veulent plus entendre parler de cette secte totalitaire (et dont certaines ont des ennuis, voire sont menacées de mort justement parce qu'elles cherchent à s'émanciper et à en finir avec celle-ci).

Je suis par contre déjà bien plus réservée à l'égard de ceux qui sont de religion musulmane et qui prétendent ignorer ou feindre d'ignorer, la dangerosité et le caractère nuisible et sectaire de cette religion.

Et en tout cas, il n'existe pas de « bons musulmans » parmi ceux qui pratiquent, en connaissance de cause, cette religion sectaire : qu'ils se disent «modérés» ou non, ils sont tous à plus ou moins complices des extrémiste et les terroristes.

musulmano ma non tropo a dit…

Encore un bel exemple de musulman modéré : Boubakeur dénonce l'abus d'islam

(Encore un concentré de belles perles du Docteur Dalil, spécialiste ès takia et coraneries.)

Réagissant aux agressions par des musulmans de deux gynécologues-obstétriciens qui assistaient dans des hôpitaux parisiens les épouses soumises des agresseurs, le recteur de la Mosquée de Paris, lui-même médecin, livre deux de ses plus belles coraneries.

Vendredi soir, il a condamné « la talibanisation de l'islam de France » que traduisait ces agressions.
Or qui représente officiellement l'« islam de France » sinon le Conseil Français du Culte Musulman, présidé par un certain… Dalil Boubakeur ! L'agent du gouvernement algérien ne fait donc que condamner… sa propre impuissance face à ces « talibans ».

Mais encore plus savoureux, il ajoute : « Je dénonce et condamne l'utilisation abusive de la religion et l'attitude qui, sous prétexte de religion, consiste à agresser un médecin ».
Donc Dalil Boubakeur dénonce tout simplement l'« abus » d'islam, c'est-à-dire les gens qui pratiquent « trop » l'islam. Quel aveu ! Ce pauvre gaffeur nous dit donc tout simplement qu'il faut être musulmano ma non troppo, sinon on est violent. Merci de donner ainsi raison à Robert Redeker, dont Dalil Boubakeur a pourtant critiqué la tribune parue dans Le Figaro.

Et en une seule phrase, le patron de l'« islam de France » nous livre une de ces superbes contradictions auxquelles nous habituent les « muslims light » qui se prennent sans cesse les pieds dans leurs tentatives désespérées de résoudre l'impossible équation de l'islam.

En effet, Dalil Boubakeur nous explique DANS LA MEME PHRASE que les talibans qu'il dénonce et condamne « abusent » de l'islam, c'est-à-dire sont « trop » musulmans, et qu'ils utilisent la « religion » comme « prétexte », c'est-à-dire d'une manière fallacieuse. Autrement dit, il nous dit que non seulement l'abus d'islam est dangereux pour la santé (surtout celle des autres), mais que plus on pratique l'islam, et plus on s'en éloignerait.

Ce qui est évidemment d'une stupidité totale. Mais il y a une explication à ce paradoxe énoncé par Dalil Boubakeur : comme il veut nous « vendre » une version « révisionniste » de son islam, il est bien obligé de reconnaître que les musulmans qui respectent le mieux l'islam n'ont rien à voir avec les écrans de fumées officiels genre « Religion de Paix et de Tolérance » qui trompent de moins en moins de Français.

A l'instar de Mouloud Aounit ou du dernier ministre de l'information de Saddam Hussein, les « muslims light » comme Dalil Boubakeur sont obligés de sortir des coraneries de plus en plus burlesques en s'enfermant dans leur déni de réalité.

On n'a pas fini de rire !

par courrier, un correspondant a dit…

Aprés Redecker, toujours ce fil d'Ariane..j'ai poursuivi l''exploration de votre blog" avec, je dois dire gourmandise, délectations, amusement mais je reste perplexe sur un point à propos de la note de bas de page relative à l'antisémitisme français (je vous cite): (1) antisémitisme qui n’était pas qu’allemand, loin s’en faut ! un détail souvent caché de l’histoire, c’est que Hitler, avant d’envisager la solution finale, a proposé aux pays européens d’accepter chez eux les juifs qu’ils voulait expulser d’Allemagne. Ce que tous ceux-ci se sont empressé ...de refuser.Pourriez-vous m'indiquer la(les) référence(s) de votre(vos) source(s).

Naibed a dit…

Si ce détail est « caché », il n'y a pourtant rien de mystérieux ou de secret là-dedans. Juste une gêne des historiens à en parler...

En fait, avant d’envisager la solution finale, non seulement Hitler pensait à l’émigration des juifs, mais il la réclamait ouvertement et depuis longtemps. En 1938 encore, dans un discours de Koenigsberg, (cité par Arthur Morse dans « Tandis que six millions de juifs mourraient », Hitler déclare sans ambiguïté : « Nous sommes prêts à mettre ces criminels [les juifs] à la disposition de ces pays, et même sur des bateaux de luxe, peu importe. »

Je fais notamment allusion à la Conférence d’Evian qui a eu lieu du 6 au 15 juillet 1938, à l’initiative des Etats–Unis, et qui réunissait 33 pays pour s’entendre sur l’élargissement de leurs quotas d’immigration pour aider les juifs victimes de l’idéologie nazie. En dehors de la Hollande et du Danemark, aucun pays n’a accepté le moindre assouplissement de ses quotas. Après la conférence, certains pays d’Amérique latine, comme l’Argentine, le Chili, le Mexique ou l’Uruguay ont même réduits les leurs ! Quant à la France, elle se déclarait déjà saturée, le sénateur Henri Béranger n’hésitant pas à conseiller cyniquement ceci : « Est-il dans l’intérêt de la France d’apparaître comme l’asile officiel de tous ceux que l’Allemagne considère comme ses ennemis naturels ? Un élément d’antagonisme culturel et racial serait introduit à titre permanent dans les relations franco-allemandes.» .. La délégation française se félicitera d’avoir « pleinement réussi à éviter de contracter aucun engagement précis [ de relèvement des quotas d’immigration pour les juifs]

Anonyme a dit…

pour info:
interrogés, à propos de l'affaire "charlie hebdo", par la sofres, les français se déclarent désormais à 79 pour cent opposés à ce qu'on se moque d'une religion!
le chiffre est énorme,alors qu'il y a quelques années encore c'était l'inverse, ce droit était vécu comme imprescriptible.
Voltaire réveille-toi!
la trouille fait son oeuvre, comme au danemark, en allemagne....
il y a la peur des représailles mais aussi,chez nous, un vieux fond de culpabilité colonialiste qui fait qu'on est plus à l'aise dans le combat contre l'obscurantisme catho par exemple.
je suis athée, tolérant, mais pas jusqu'à l'irénisme...
je suis homme et résolument féministe.
bises

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

lien intéressant et vite censuré hihihi...

http://library.flawleslogic.com/shahak_fr.htm

Naibed a dit…

Précisons, pour ceux qui ne le sauraient, pas que Israël Shahak est un juif antisémite qui a publié - ce qui n'a pu se faire qu'avec son consentement – un ouvrage antisémite et révisionniste "Histoire juive, religion juive, le poids de trois millénaires", aux éditions La Vieille Taupe, 1996, maison d'édition ouvertement négationniste. Il fait partie de ceux que l'on appellerait aujourd'hui des alterjuifs, c'est-à-dire des gens qui se présentent comme « en tant que juifs » mais qui, pour mieux se fondre dans le conformisme antisémite dominant (1), surenchérissent dans le « deux poids, deux mesures » à l’égard de l’État d’Israël, dont ils souhaitent rien de moins que « l'éradication »

Le cas d'Israël Shahak est exemplaire de l'alterjuif : juif polonais rescapé de l'holocauste, il va intérioriser les mensonges élaborés par ceux qui le persécutaient, au point d'inventer une fable selon laquelle un juif aurait, en 1965, refusé de téléphoner pour venir en aide à un non-juif un jour de sabbat.
Bien que la fausseté de cette fable ait été mise en évidence dès 1966 (e.a. par Immanuel Jakobovits) cela n'empêchera pas Israël Shahak, à l'instar des nazis avant lui, ou tout comme Seffi Rachlevsky après lui, de reprendre à son compte les ruminations antisémites (comme celles de Johann Eisenmenger, un auteur allemand antisémite du 18° siècle), pour bâtir une théorie délirante du Talmud, en contradiction totale tant avec les textes (2) qu’avec la réalité (3) .

(1) càd, une « quête de la normalité » de la part d’une certaine intelligentsia de la diaspora, qui les amène non seulement à se conformer aux dogmes gaucho-gnangnans de l’Islam RATP et de l’État d’Israël, perpétuellement coupable de tout. Procédé aboutissant à l’inversion des rôles entre bourreaux et victimes : les braves palestiniens sont des victimes que les vilains bourreaux israéliens enferment derrière un mur, pour attenter à leur « liberté d'expression » - sic !) mais à donner toujours d’avantage de gages de « loyauté » au courant antisémite, en dénigrant et en tentant de délégitimer l’État d’Israël à propos de tout et de n’importe quoi.

(2) notamment en mélangeant les textes les plus archaïques de la Bible avec les plus récents, au mépris de leur chronologie, pour essayer de faire croire, contre le sens explicite de ceux-ci (comme dans le Décalogue), que le terme « êtres humains » se référe aux seuls juifs. Ainsi, pour Seffi Rachlevsky [Controverses N°4, p. 366], les paroles du Décalogue (tu ne tueras point, tu ne voleras point, etc. ) ne s’appliquent pas aux peuples de la terre (les goyim), tant au mépris des textes définissant l’être humain (ex : « L’être humain doit s’éloigner du vol, de la rapine, et de l’effusion de sang d’un juif ou d’un goy….», que de la raison qui les sous-tend, à savoir qu’Israël doit répandre la gloire de Dieu parmi les Nations [Isaïe 66, 19]

(3) ainsi, dans cet état moderne qu’est Israël, les organisations médicales, même celles qui émanent d'organisations orthodoxes juives, soignent, de façon tout-à-fait routinière, tant les juifs que les non juifs le jour du Sabbat.

On peut aussi se demander pourquoi un « juif » tel que Israël Shahak s’acharne jusqu’à l’aveuglement à présenter la religion juive sous le plus mauvais jour possible, quitte à tordre et à travestir ses textes, alors qu’il avait, sous la main, une religion sectaire comme l’Islam pour laquelle il suffit de lire ses textes, par ailleurs très clairs, pour voir à quel point elle est abominablement raciste et intolérante à l’égard de tous ceux qui n’en font pas partie et qu’elle se propose explicitement d’asservir ou de détruire.

Étrange, non ? qu'un juif en arrive à élaborer une telle haine de soi ?

Francis NADIZI & Joseph Farah a dit…

La situation au Proche-Orient paraît simple pour tout le monde: les Palestiniens veulent une patrie et les Musulmans veulent le contrôle de sites qu'ils considèrent comme étant sacrés. Simple, non ?

Et bien, en tant que journaliste Arabe Américain qui s'est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd'hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu'ils considèrent sacrés.
Surpris ?
Alors comment expliquer qu'avant la guerre des Six Jours en 1967, il n'y eu aucun mouvement sérieux de revendication d'indépendance palestinienne ?
"Avant 1967 ?" me direz-vous, "les Israéliens n'occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem" C'est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n'est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu'Israël conquît la Judée, la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens ? Est-ce qu'une seule résolution de l'ONU a vu le jour à ce sujet ? Non et non. Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu'Israël ait gagné cette guerre ?

La vérité est que la Palestine est un Mythe !
Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l'an 135 de l'ère actuelle par l'empereur Romain Hadrien, qui, non content d'avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1300 ans !), non content d'avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d'avoir interdit l'accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu'il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d'un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d'ajouter l'insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en "Alea Capitolina", mais cela ne rencontra pas le même succès.

La Palestine en tant qu'entité autonome n'a jamais existé au cours de l'Histoire. Jamais ! Le pays fut dominé successivement par les Romains, par les croisés Chrétiens, par les Musulmans (qui n'ont d'ailleurs jamais fait de Jérusalem une capitale pendant qu'ils occupaient le pays), par les Ottomans et, brièvement, par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour, les Britanniques s'étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple Juif afin qu'ils y établissent un Etat souverain.

Il n'existe pas de langue proprement Palestinienne. Ni même de culture spécifiquement Palestinienne. Il n'y a jamais eu de Palestine dirigée par des Palestiniens. Ces derniers sont des Arabes, et sont indissociables des Jordaniens (la Jordanie étant elle aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les Britanniques). Mettez-vous bien en tête que le monde Arabe contrôle 99.9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que O,1% de la superficie régionale !
Mais cela est déjà trop pour les Arabes. Ils veulent tout. Et c'est précisément là que se situe le noud du conflit qui les oppose à Israël.
Avidité. Fierté. Jalousie. Convoitise. Toutes les concessions que pourrait faire Israël n'y suffiront pas.

Qu'en est-il des lieux saints de l'Islam ?
Il n'y en a tout simplement aucun à Jérusalem.
Cela vous choque ? Vous pouvez l'être. Je suis persuadé que vous n'entendrez jamais cette vérité brutale de la part d'aucun média international. C'est politiquement incorrect.
Je sais que vous me direz : "la Mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher à Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l'Islam", après la Mecque et Médine.
Et bien, sachez que c'est faux ! En réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais (inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah !). Il n'existe aucune preuve historique que le prophète Mohamed se soit rendu à Jérusalem.
Alors comment Jérusalem est-il devenu le troisième lieu saint de l'Islam ?
Les Musulmans, aujourd'hui, se réfèrent à un vague passage du Coran, la 17ème Sourate, intitulée "le Voyage Nocturne"(1). Il y ait fait état d'un rêve de Mohammed qui fut transporté de nuit "du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l'enceinte". Au septième siècle, des Musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant la Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l'Islam et Jérusalem - connexion faite de rêve, d'imagination, d'interprétations et de mythe. Parallèlement, le peuple Juif voit son enracinement à Jérusalem remonter jusqu'à l'époque du patriarche Abraham.

La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du Temple, là où se trouvent les fondations du Temple construit par Salomon.
C'est le site le plus saint du judaïsme. Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d'insultes. Je sais à quoi cela ressemble. J'y étais. Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les Juifs lorsqu'ils sont menacés, lapidés et tenus éloignés du lieu le plus saint du judaïsme ?
Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient ? Franchement, je ne pense pas qu'un homme aujourd'hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable. Mais s'il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la Vérité. La poursuite des mensonges n'apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de 6,000 ans pour les Juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en les confrontant à de fausses revendications, ne pourra que donner une mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs.

Note
(1) Mais existe-t-il une base solide qui prouverait qu'il est ici parlé de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem ? La réponse est : Non !. Au temps de Mahomet, qui mourut en 555 après Jésus Christ, Jérusalem était une ville chrétienne du royaume byzantin. Elle ne fut conquise que en l'an 732 par les omeyades par le calife Omar qui fit de Jerusalem une capitale administrative ( voir dossier archeologie dans migdal)
Durant cette période, il n'y avait que des églises dans la ville et sur le Mont du Temple se trouvait une synagogue. Vers l'an 750, soit 200 ans après la mort de Mahomet, elle fut transformée en mosquée et appelée al-Aqsa uniquement par manque de place. Mahomet ne pouvait donc pas penser à cette mosquée quand ces descendants ecrivirent le Coran, puisqu'elle n'existait pas.
D'ailleurs Mahomet n'éprouvait pas de sympathie particulière pour Jérusalem. Il permit à ces fidèles de prier tournés vers Jérusalem pendant quelques mois, pensant ainsi convaincre les juifs de se tourner vers l'islam. La tentative ayant échoué, il prononça, l'interdiction de prier en direction de Jérusalem.
Cette ville ne fut jamais pour les musulmans un lieu saint.

Francis NADIZI, islamologue
Par Joseph Farah, journaliste Arabe Américain
www.worldnetdaily.com

Civilisation de la Dhimmitude a dit…

Traduction par Debriefing.Org d'un excellent article de VDH "The Civilization of Dhimmitude".

En Français: Civilisation de la Dhimmitude
Revue du livre : Eurabia : the Euro-Arab Axis [Eurabia : l’axe euro-arabe], par Bat Ye’or

Extraits :

Selon Bat Ye’or, les signes les plus criants de cette conciliation des Européens avec l’agression islamique sont «l’anti-américanisme, l’antisémitisme/antisionisme et le ’palestinisme’, qui bénéficient d’un soutien officiel».

La thèse développée par Bat Ye’or, dans son livre Eurabia, est que le djihad est réapparu, depuis trente ans, comme «un facteur puissant dans les affaires européennes», mais qu’il a été presque complètement ignoré dans les analyses contemporaines.

Après que la grande marée du déferlement musulman eut été stoppée, le 11 septembre 1683, devant les murs de Vienne, les siècles suivants ont vu la diminution de la puissance musulmane et l’ingérence grandissante de l’Europe dans les affaires du Moyen-Orient, aggravée par la profonde humiliation du démembrement de l’empire Ottoman après la Première Guerre mondiale. Et tout espoir que l’Islam puisse recouvrer sa gloire perdue par la force des armes fut anéanti lorsque le minuscule Etat d’Israël eut vaincu, par trois fois, les armées arabes. Ces dernières défaites ont confirmé que le djihad ne pouvait pas être réalisé par la force armée, mais qu’il fallait le continuer par d’autres moyens. C’est ce qu’affirme un résumé des remarques du Roi Hassan II du Maroc , lors de la réunion de la Conférence Islamique des Ministres des Affaires étrangères, en 1980 :

«La signification du djihad pour l’Islam ne réside pas dans des croisades ni dans des guerres religieuses. Ce sont plutôt l’action stratégique, politique et militaire, ainsi que la guerre psychologique, qui, si elles sont utilisées par la Oumma islamique, [la communauté mondiale islamique] nous donneront la victoire sur l’ennemi.»

Pendant trente ans, ces moyens différents de mener le djihad ont réussi, de manière remarquable, à «transformer la civilisation judéo-chrétienne de l’Europe, héritière des importants acquis laïques de l’époque des Lumières, en une civilisation post-judéo-chrétienne asservie à l’idéologie du djihad et aux pouvoirs islamistes qui la propagent».
Par conséquent, l’Europe devient l’Eurabia – une «civilisation de la dhimmitude», prête à sacrifier Israël, aujourd’hui, et sa propre identité culturelle, demain, afin d’obtenir, pour un temps, la tranquillité d’esprit et des bénéfices économiques.
[...]

Conclusion :
Comme l’établit l’analyse de Bat Ye’or, le ressort du terrorisme islamiste, c’est Israël, mais pas de la manière qu’imaginent la plupart des gens. Pour le djihadiste, Israël doit être détruit. Si ce n’est pas par des bombes et des tanks, ce sera par des concessions au coup par coup et par le simple jeu de la démographie. Cela prendra peut-être cinquante ans, voire cent ans, mais, comme ce fut le cas pour les royaumes des Croisés médiévaux, Israël, en tant que manifestation de la puissance dynamique des idéaux culturels occidentaux ne peut être autorisé à survivre, car il constituerait un constant rappel de l’échec de la civilisation islamique.


La guerre d’Israël est notre guerre, et tant que nous ne proclamons pas, haut et fort, ce lien dans nos discours publics et surtout par nos actions, tout ce que nous faisons d’autre nous permet seulement de gagner un peu de temps, durant lequel les forces de conciliation et l’ardeur meurtrière des djihadistes accomplissent leur œuvre.

LE BLOGNADEL a dit…

sur LE BLOGNADEL un excellent article de Mr Gilles William Goldnadel, LES QUATRE PILIERS CREUX DE LA SAGESSE analyse et démonte quatre mensonges, quatre piliers du dogme idéologique de gauche des médias français concernant le conflit israélo-palestinien :
1) il faut améliorer les conditions de vie économique de la nation arabe de Palestine. C'est ainsi qu'elle se fera moins désespérée et donc plus modérée.
2) il faut qu'Israël fasse preuve de flexibilité et de générosité : c'est ainsi que le monde arabe lui tendra la main.
3) L'Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas se caractériserait par la modération et l'esprit de compromis :
4) la population arabe de Palestine est la victime d'un conflit dont elle ne porte aucune responsabilité.

NB : il y en a cinquième pilier, fortement lié au quatrième :

5) la lutte des palestinien est strictement une lutte nationaliste pour un état palestinien, en aucun cas - surtout pas ! - une lutte religieuse, au nom du Dar al-Islam, de totalitaristes musulmans pour éradiquer Israël de la terre

Naibed a dit…

J'avais écrit : « la guérilla implacable que lui mène l'extrémisme religieux, tant par le Hezbollah que par une majorité de palestiniens de l'intérieur. Qui s'appuient sur le coran, pour chercher, ni plus ni moins, que la destruction d'Israël ».

Un certain « Robert » (c'est la nouvelle manie, chez les musuls, de se donner des prénoms chrétiens, quant ils viennent pousser leur taqqiyya ?) m'écrit ceci
(je supprime les « Lol » et autres mise en bouche visant à discréditer une affirmation à 100% exacte (et qui, par le fait même, dérange profondément) :

> Deux groupes de la résistance palestinienne furent toujours considérés comme "radicaux" : FPLP et FDPLP.

Que représentent-ils encore aujourd'hui ? Aujourd'hui, OLP = Fatah, le reste n'est plus que broutilles.

> L´un dirigé par le Dr Georges Habbache, un chrétien de tite orthodoxe et l´autre par Nayef Hawatmeh, un catholique.

1. D'abord vous confondez d'origine chrétienne et chrétien (comme quoi, même lorsqu'ils tentent de se faire passer pour des "Robert", les Mohammed se prennent les pieds dans le tapis).

2. Ensuite, c'étaient des révolutionnaires marxistes pur et durs, de ces soi-disant «anti-impérialistes » (traduire : de véritables impérialistes, pro-impérialisme soviétique et/ou arabe, et donc contre le – soi-disant – « impérialisme » américain, obstacle aux ambitions totalitaires de ces impérialistes-anti-impérialistes ): ce genre d'inénarrables crétins étaient autrefois des idiots utiles et/ou des compagnons de route de l'obscurantisme communiste, comme leurs successeurs, tout aussi crétins, le sont aujourd'hui de l'obscurantisme musulman.

3. Enfin, peut-être certains d'entre-eux, parmi les plus cons, croyaient-ils au nationalisme « palestinien » et « laïque » mais, dans ce cas, ils se mettaient le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

3.1. D'une part parce que la « laïcité » arabe n'a jamais été une véritable laïcité, mais une sorte de greffon de modernité sur l'islam. Le mot laïcité n'a pas d'équivalent exact en arabe, en persan, ou en turc en ce compris chez ceux qui se revendiquent d'une soi-disant « laïcité » qui n'a rien à voir avec la laïcité en vigueur en occident, comme le démontre Lucien-Samir Oulahbib dans un excellent article : "Nationalisme Arabe et Islamisme: les deux faces d'une même médaille" .


3.2. Ensuite parce que, contrairement à ce que d'aucun prétendent (surtout à gauche), il n'y a pas eu un "glissement" du nationalisme vers le fanatisme religieux , dans la cause "palestinienne. Pour la bonne et simple raison que le fanatisme religieux était à pied d'oeuvre dans la région bien avant même la création d'Israël. Du temps où celui qui aurait pensé, un tant peu sérieusement, à cette possibilité que les juifs retrouvent leur nation sur la terre de leurs ancêtres, qu'ils n'ont jamais complètement quittée, serait passé pour qu'on ne pense .

Ce fanatisme religieux, était à l'oeuvre dans cette région dès la fin de la première guerre mondiale, avec le nazi notoire Hadj Amin Al Husseini (ex-officier de l'armée ottomane du temps du génocide arménien, futur grand ami d'Hitler, et qui allait devenir le premier grand Mufti de Jerusalem). Avant d'aider les nazis à s'implanter dans la région et à diffuser leur influence dans le Proche-Orient, il menait déjà des opérations de déstabilisation de la région dès le début des années 1920. Celles-ci ont été crescendo jusqu'à la création des 3 divisions de Waffen SS musulmans dans les balkans, et l'éradication des politiques musulmans de Palestine (= région géographique sous protectorat anglais) qui n'étaient pas assez fanatiques ou assez religieux à son goût et à celui des Frères musulmans (crée en 1928) dont il faisait partie.

Arafat – son neveu - était le prototype même de ce genre de (soi-disant) « laïque » arabe : profil gauche laïque et nationaliste pour les gogos d'occidentaux, profil droit de religieux musulman, grand admirateur du Prophète, et de l'épisode de la Houdabiya, ce passage du Coran ou Mahomet explique comment, lorsqu'on n'est pas en position de force, on peut conclure des pactes avec les non-musulmans, et les renier ensuite sans scrupule, dès qu'on peut reprendre l'avantage.

Ce qui s'est passé avec le pacte de Hudaibiya (mars 628) qui stipulait une trêve de dix ans mais qui a été violé quelques mois plus tard, lorsque Mohammed est parvenu à rallier des forces suffisantes pour attaquer La Mecque.

Citations :

" Notre but est d'éliminer l'Etat d'Israël et d'établir un Etat qui soit entièrement palestinien" (Yasser Arafat, session privée avec des diplomates arabes en Europe, 30 janvier 1996. Cité dans le Middle East Digest, 7 mars 1996).

" Nous perdrons ou nous gagnerons, mais notre regard restera fixé sur notre but stratégique, à savoir la Palestine du Jourdain à la mer." (Marwan Barghouti, chef du Fatah de Cisjordanie, New Yorker, 2 juil. 2001).

"La paix d'Oslo est une paix à la Houdabiya" (15 Novembre 1998.
Discours prononcé devant des membres de la branche jeunes du Fatah).


Bref, l'intolérance religieuse envers les juifs est bien antérieure à la création même de l'État d'Israël. L'animosité incroyable contre cet État ne s'explique que d'une seule manière : par le fait que le monde musulman ne supporte pas qu'on lui reprenne ses conquêtes du Dar Al-Islam sur le Dar Al-Harb, et qui ne rêve que d'une chose : exterminer Israël, canari dans la mine, avant de pouvoir faire la même chose avec la civilisation occidentale.

Naibed a dit…

Message à Fadi

Vos trois messages ont été transférés ici

Réponse sans doute pour le WE prochain (je suis fort occupée)

Le Chant du Coq a dit…

Sur un excellent blog intitulé "Le chant du coq" un article consacré à la conférence du 20 mars dernier à Bruxelles de Guy Millière

L'auteur du blog, Gédéon, publie les notes qu'il a prise à cette conférence, ainsi que des extraits du dernier livre de Guy Millière,
Houdna (sous-titre : La Trêve. Antisémitisme, antisionisme, Guerre et paix au Proche-Orient).

Note : Sur le totalitarisme
Le totalitarisme ne survit que par la prédation, et la prédation dure jusqu’à ce qu’on décide de résister et qu’on écrase le totalitarisme. On ne négocie pas avec des totalitaires, on les combat jusqu’à ce qu’ils soient anéantis. Ingrid Betancourt disait qu’il fallait « fraterniser » avec les FARC, on sait ce qu’il est advenu.

Ne pas manquer !

Martin Luther King a dit…

...le 25 mars 1968, moins de deux semaines avant sa mort:

"La paix pour Israël signifie la sécurité, et nous devons tous peser de toutes nos forces pour protéger son droit d’exister, son intégrité territoriale. Je vois Israël comme l’un des avant-postes majeurs de la démocratie dans le monde, et un merveilleux exemple de ce qui peut être réalisé, comment un désert peut être transformé en une oasis de fraternité et démocratie. La paix pour Israël signifie la sécurité, et cette sécurité doit devenir une réalité".

Martin Luther King a dit…

...à quelqu'un qui se disait « antisioniste » mais pas "antisémite" :

« ... Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu.

L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l’âme de l’humanité. Nous sommes pleinement d’accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi….

Pour quiconque chérit ce droit inaliénable de toute l’humanité [le droit naturel de vivre en paix], il devrait être si facile de comprendre, de soutenir le droit du Peuple Juif à vivre sur l’antique Terre d’Israël. Tous les hommes de bonne volonté se réjouiront de la réalisation de la promesse de Dieu, que son Peuple retourne dans la joie sur la terre qui lui a été volée. C’est cela le Sionisme, rien de plus, rien de moins.

Et qu’est l’antisionisme ? C’est le déni au peuple juif d’un droit fondamental que nous réclamons à juste titre pour le peuple d’Afrique et accordons librement à toutes les nations de la terre. C’est de la discrimination envers les Juifs, mon ami, parce qu’ils sont Juifs. En un mot, c’est de l’antisémitisme…Que mes paroles sonnent dans les profondeurs de ton âme : quand les gens critiquent le sionisme, ne te trompe pas, ils pensent les Juifs. »


(Extrait de "Letter to an Anti-Zionist Friend" – Trad. française par N. Lipszyc)

MEMRI.ORG a dit…

Sur le site MEMRI.ORG :
L'écrivain irakien Aref Alwan : Les Juifs ont un droit historique à la Palestine

Dans un article mis en ligne sur le site de gauche www.ahewar.org, Aref Alwan, écrivain (douze romans) et dramaturge irakien résidant à Londres, affirme que les Juifs ont un droit historique à la Palestine, arguant que leur présence en Palestine date d'avant la conquête arabe et se poursuit jusqu'à ce jour.

Dans l'article, intitulé "Les Juifs ont-ils moins le droit à la Palestine que les Arabes ?", Alwan appelle le monde arabe à reconnaître le droit des Juifs à la Palestine, au nom de la justice, et aussi parce que cela mettrait fin à la violence contre les Arabes, ainsi qu'à la lutte inter-arabe. Alwan ajoute qu'une telle reconnaissance ouvrirait de nouvelles perspectives pour le monde arabe, mieux adaptées aux besoins de la société moderne


Lire la suite ici (eng)

Blog Ajm a dit…

Paix, amour et tolérance au menu du sermon de Yunis Al-Astal, député palestinien membre du Hamas et érudit musulman.

Cet homme politique palestinien, en parfait disciple de Mahomet, appelle sans ambages à la télévision palestinienne ses coreligionnaires à rien de moins qu’à la conquête de l’Occident, par le prosélytisme ou par les armes. Il ne cache en rien ni l’objectif - la conquête - ni le moyen pour y parvenir - l’endoctrinement “aujourd’hui, nous instillons ces bonnes nouvelles dans leurs esprits“. Et effectivement, tout en Palestine, des manuels scolaires aux dessins animés à la télévision, concourt à endoctriner les enfants.

Si un homme politique occidental, un prêtre, un pasteur, ou un rabbin se risquait à penser et à dire le centième de ce Yunis Al-Astal, il se verrait voué aux gémonies. A juste titre d’ailleurs.

On attendra la condamnation et l’indignation de ses concitoyens. On attendra longtemps. On attendra en vain. Pourquoi ?

Parce que cet homme de « paix » ne représente pas une mouvance marginale au sein de la classe politique palestinienne. Il est un représentant de la majorité, le Hamas, mouvement nazislamiste terroriste élu par 56% des palestiniens.

Extrait de l’article 7 de la charte du Hamas auquel cet homme politique appartient :

[…] le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à la réalisation de la promesse d’Allah, quel que soit le temps que cela prendra. Le Prophète, qu’Allah le bénisse, a dit : « Le Jour du Jugement dernier ne viendra pas avant que les musulmans ne combattent les juifs, quand les juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront, O Musulmans, O Abdallah, il y a un juif derrière moi, viens le tuer. […]

Voir la suite ici + vidéo

Blog Ajm a dit…

Le plan du Fatah en langage clair
Après le Hamas et son extrémisme religieux, voici le Fatah, les politiciens modérés pragmatiques que certain(e)s veulent béatement aider à bâtir leurs propres rêves.

Abbas Zaki, l’homme qui s’exprime ici en arabe sur une chaîne de télévision libanaise est un membre du comité directeur du Fatah, le mouvement politique de Mahmoud Abbas, soi-disant modéré et en quête d’une solution pacifique avec Israël.

[...]

Abbas Zaki: L’important est qu’Israël paye un prix à chaque opération. Nous ne voulons pas de cas où vous ne tuez même pas un poulet et Israël tue 20 d’entre vous. Je salue toute opération qui fait payer le prix fort à Israël. […]

L’OLP est le seul représentant légitime [du peuple palestinien] et il n’a pas modifié sa position d’un millimètre. Au vu de la faiblesse de la nation arabe et du manque de valeurs et au vu du pouvoir américain sur le monde, l’LOP procède par étapes, sans changer sa stratégie. Laissez-moi vous dire, une fois que l’idéologie d’Israël s’écroulera et que nous pourrons prendre, au moins, Jérusalem, nous allons accélérer avec notre idéologie, si Dieu le veut, et les jeter hors de toute la Palestine.

Voir la suite ici + vidéo

Naibed a dit…

Une excellente synthèse, par ailleurs très bien documentée, du conflit israélo-palestinien dans la diplomatie française accuse Israël et égare l'opinion sur la nature du conflit israélo-palestinien par Salomon Benzimra.
Je reprends la conclusion intégralement ci-après (n'hésitez pas à lire l'article en entier pour les développements)
-----------------------------------------------------------------------------
Conclusions

Ce qui est urgent, ce n’est pas de créer un état palestinien, ni de poursuivre un pacifisme à outrance. Ce qui est urgent, c’est d’avoir le courage de voir la réalité des choses et, en premier lieu, la réalité sémantique.

Tant que les termes erronés de « colonisation », « occupation illégale », « territoires palestiniens », « droit au retour des refugiés » seront rabâchés, la paix demeurera hors de portée car, comme disait Albert Camus, « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ».

Tant que la cause (extrémisme) et l’effet (affrontement) seront inversés, à la Kouchner, le conflit ne sera pas compris, et encore moins résolu. Il n’y a qu’à lire les textes fondateurs de l’OLP, du Fatah et du Hamas pour comprendre les causes réelles du conflit (Notes 7, 9, 10).

Tant que l’on s’acharnera à résoudre un problème global sans séparer ses diverses composantes, le processus sera voué à l’échec. Réglons d’abord la question de la souveraineté juridique du territoire avant de nous pencher sur le statut des populations qui y vivent.

Dans la mesure où la diplomatie se veut encore un tant soit peu rationnelle, il est certain que l’on ne peut être à la fois pro-israélien et pro-palestinien (au sens couramment donné au terme « palestinien »). Il appartient à chacun de prendre parti et d’écarter les chimères qui attisent le conflit.

daria a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Bêtisier a dit…

Commentaire de Anonyme (09 janvier, 2009 16:07) -> Bêtisier

Yael a dit…

Bonheur de tomber sur votre blog.
Merci.

bernard botturi a dit…

chère Naibed

un point à développer sur les fondements du conflit israelo-arabe, pourquoi la création de l'état d'israel est considérée comme une catastrophe - nakab- par les pays arabes ?! en quoi la création d'un état de 16000 km² peut il être une menace ??? par ailleurs il est curieux de constater que personne ne parle des conditions d'apartheid que vivent les palestiniens dans les pays arabes (Syrie, Liban, Jordanie, Egypte, etc.). quand donc les palestiniens prendront conscience que leur pire ennemi n'est pas Israel mais la Ligue Arabe ?

Naibed a dit…

En ce qui concerne les "palestiniens", je ne pense pas qu'il faille avoir la moindre espèce de pitié, ni la moindre once de compassion. N'oubliez jamais que pour qu'une manipulation se produise - et surtout, pour qu'elle perdure !, il faut toujours deux volontés: celle de manipuler et celle ...d'accepter de se faire manipuler. Or, les soi-disant "palestiniens" acceptent de se faire manipuler par leurs frères musulmans depuis les années 1920. A ce stade, la bêtise n'est plus un défaut, c'est carrément un crime !!

En ce qui concerne la « Nakba », effectivement, pour les musulmans, totalitaires, tout recul, même infime, du Dar al-islam sur le Dar al-Harb, est considéré comme une "catastrophe".

Mais la véritable Nakba , c'est cette idéologie militaro-religieuse, ce fanatisme sectaire et ce racisme absolu contre les non-musulmans et les femmes qui pollue l'existence même d'un milliard deux cent millions de personnes, et fait en sorte que ce cinquième de la population terrestre devienne une menace de mort pour la liberté et l'existence même des 4/5ième de l'humanité véritable, que ces crapules et ces abrutis de musulmans désignent comme leur ennemi, comme le Dar al-Harb, la "Maison de la Guerre" !

C'est pourquoi il est temps que le Dar al-Harb comprenne qu'il n'a pas le choix : il doit écraser la menace que constitue le Dar al-islam. Impitoyablement !

Il faut que tous ceux qui sont musulmans comprennent qu'ils doivent rejeter cette secte immonde, et cesser d'être musulmans ! ou assumer les conséquence de leur fascisme et payer le prix de leur volonté meurtrière.

Davy a dit…

Mademoiselle l'éternelle célibataire,
Si votre beauté est à l'égal de votre capacité d'analyse, restez féministe...

Anonyme a dit…

bien d'accord avec toi sur la desinformation concernant ce conflit y compris de la part de l etat francais, mais des declarations comme la suivante discreditent tes theories . Purement intolerable si l on espère rester un brin objectif. Tu fait le jeux de tes ennemis par de tel declaration haineuse. dommage
En ce qui concerne les "palestiniens", je ne pense pas qu'il faille avoir la moindre espèce de pitié, ni la moindre once de compassion. N'oubliez jamais que pour qu'une manipulation se produise - et surtout, pour qu'elle perdure !, il faut toujours deux volontés: celle de manipuler et celle ...d'accepter de se faire manipuler. Or, les soi-disant "palestiniens" acceptent de se faire manipuler par leurs frères musulmans depuis les années 1920. A ce stade, la bêtise n'est plus un défaut, c'est carrément un crime !!

Henri a dit…

"les musulmans"... Cette généralité prouve que vous n'êtes pas si "instruit, lucide et de bonne foi" que vous le prétendez.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Naibed a dit…

"Henri": «"les musulmans"... Cette généralité [blah]»

J'ai vérifié, Mohammed ! Avant ce message, il y a huit occurrences de "les musulmans" - pas toutes de moi, d'ailleurs ! - et *aucune* où l'article "les" aurait pu constituer une généralisation abusive. Aucune, donc, où il aurait dû être remplacé par "des", pour signifier un sous-ensemble d'individus agissant dans un contexte donné, en fonction de leur libre arbitre.

Dans un seul cas, il s'agit d'individus spécifiques, mais, dans ce cas, "les musulmans" est suivi du pronom relatif "que" ou "qui", qui relie les musulmans dont on parle à la spécificité qui les relie(« les musulmans qui respectent le mieux l'islam»). Il n'y a donc absolument *aucune* équivoque possible !!!!

Dans tous les autres cas, "les musulmans" = "ceux qui se réclament de l'islam". Et l'islam, que cela vous plaise ou non, démontre, tant dans ses textes que dans l'application qui en est faite, qu'il s'agit bien d'une idéologie totalitaire sectaire militaro-religieuse terroriste cachée sous les faibles oripeaux d'une pseudo «religion»

Votre artifice de droitdelhommiste gauchiste tombe donc à plat, Henri, et prouve que vous cédez à vos réflexes pavloviens imbéciles, du genre: "faut pas mettre tous les musulmans dans le même panier".

En effet, c'est bien l'islam, système totalitaire global, qui cherche à ce que *rien*, tant de la sphère privée que publique de l'individu, ne lui échappe qui amalgame lui-même, le plus intimement possible, les notions d'appartenance politique, culturelle, cultuelle, religieuse(1), et autres pour empêcher que l'individu ne se crée une identité propre, une identité d'individu, et reste asservi à l'identité collective, imposée par une pseudo-divinité satanique.

Les musulmans d'origine ou de culture, qui prétendent vouloir «rester musulmans» doivent donc bien réfléchir à ce que ce choix implique en terme de responsabilité, et - notamment - en termes de responsabilité collective! Il ne s'agit rien d'autre que de vouloir «rester nazis»


--------------------------------------
(1) pour autant que ce mot ait un sens en islam, où la mince "pellicule" religieuse de cette idéologie ne recouvre qu'un ensemble démoniaque de contrefaçons perverses, grotesques, et honteuses d'éléments du judaïsme et du christianisme ! Bref, un ersatz démoniaque de «religion»

Anonyme a dit…

Bonjour Naibed,

Je ne m'étais jamais documenté vraiment sur la création d'Israël, et, comme beaucoup de gens, je voyais la création de l'état d'Israël comme une invasion, lavant mon cerveau par la télé...J'ai vraiment les boules, car je viens de lire les liens comme celui-ci :

http://www.objectif-info.com/index.php?id=1061

Je n'appréciais déjà pas spécialement les cages à oiseaux dans les rues de mon pays, et puis, je suis tombé au chômage en 2007...

Je passe sur la formation réussie, diplôme obtenu, etc...mais au final, un poste intérim ne correspond pas du tout à la qualification...de 4 mois, et sans-emploi jusqu'à aujourd'hui !

J'ai commencé par vouloir comprendre pourquoi je ne retrouvais pas du travail, en analysant la situation globale, de la France, seule,puis celle de l'Europe, sur les plans sociaux, économiques et culturels, condamnant de manière entière les violences dont on parlait...à la télé...

Vivant en région parisienne ces dernières années, j'ai commencé à réaliser qu'un nombre de violences étaient souvent reliée à des bandes de banlieue, mais surtout, surtout en 2009, j'ai réalisé que les mots "musulman" et "Islam" revenait très très souvent sur les auteurs d'exactions...

Je suis tombé sur le site ripostetlaïque, legaulois.info et autres sites dits "amis" des deux cités...
Mon intuition floue, s'est alors transformée en vision très claire sur les problèmes sociaux - violences - et économiques - chomâge - dont les origines sont liés, en grande partie, à l'immigration de masse, et la violence de l'Islam.

Cela m'a été confirmé en regardant la teneur de sourates, et les vidéos d'immondices, pardon, d'imams, avec des propos d'un autre âge...

J'ai donc écrit 2 articles dont lien ici, qui permettent de comprendre ce que vous affirmez sur l'islam, et que je prouve dans les 2 articles, le premier ici :

http://www.legaulois.info/2010/12/assises-internationales-sur.html

Et celui-ci, qui permettra à toute personne de comprendre les tenants et les aboutissants de l'islamisation voulue par une élite complètement pourrie...

http://www.legaulois.info/2011/01/lhorrible-verite-sur-les-nouveaux.html

Suite au prochain commentaire

Anonyme a dit…

suite

J'ai également composé un chant que vous pouvez entendre ici :

Le chant des Patriotes, sur la musique d'Anna MARLY, que vous connaissez sans aucun doute !

http://www.youtube.com/watch?v=baYD2XVhnE4


Vous pouvez publier le dernier article dans votre blog, si vous le souhaitez, et mettre un lien sur ma vidéo/chant si vous en appréciez les paroles.

Voici, encore, un autre lien sur la comparaison entre les paroles des 2 chants, celles du chant des Partisans, et celles que j'ai composées :

http://allianceeuroperesistance.over-blog.com/article-le-chant-des-patriotes-par-bobbyfr94-le-resistant-63997082.html


Je viens d'envoyer un autre article, pas publié, car, à mon avis, politiquement très incorrect, mais il rejoint votre point de vue sur l'islam...

Mon article lui, va plus loin, puisque je parle d'éradiquer les racailles !!

Racailles de 2 types :

A col blanc : mafias "légales" telles que les parties politiques, mafias financières telles que les banques et les spéculateurs, et idéologique, là je vise l'islam sans aucune ambiguîté !

Racailles à "casquette" : les bandes de banlieue, et leurs exactions, et les rappeurs de merde, avec des paroles racistes, antisémites, anti-blancs, anti-France, etc...


Merci de dire tout haut ce que plein de Français moyens ignorent encore sur Israël et sur ce que pensent de plus en plus les mêmes à propos de l'islam, et je vais donner les liens sur les sites résistants, car là aussi, la vérité sur Israël, et le conflit en Palestine, doit être connue..

Je terminerai en disant que nous, France, Israël, Europe, USA, et tout le reste du monde qui n'est pas musulman, nous avons le même ennemi, qui est l'islam, et vous renforcez ma haine contre cette idéologie NAZIE, obscurantiste, BARBARE...


De moi :

" Toute personne, quelque soit son niveau d'instruction, n'a pas d'intelligence, encore moins de morale, à partir du moment ou elle embrasse ou cautionne une idéologie qui prône le meurtre, le viol, la torture, la pédophilie, le vol & le pillage "

"Si le bon sens, comme la richesse, est la chose la plus mal partagée au monde, le NAZISLAMISME est la pire chose partagée au monde "
-

Encore plus sympa à dire en anglais en plus... "

Désolé pour ce commentaire aussi long, mais je me devais de vous l'écrire :-)))

Mehdi a dit…

merci naibed pour cette magnifique synthese,
vous mavez emu par votre genie et votre clairvoyance
je et suis persuadé comme Attaturk que lislam gangrene la societe

Alterego a dit…

Un enfant de 7 ans sait faire la différence entre le bien et le mal quant a la vérité il faut la chercher pour la trouver et c est le coeur (pour ceux qui on on un) qui la reconnait .

Anonyme a dit…

J'aime bien sauf la phrase "les Européens se sont dédouanés à bon compte" qui est doublement fausse.

D'abord ce sont les allemands et les hongrois qui ont persécuté les Juifs, pas les Britanniques, ni les Espagnols, ni les Portugais, ni les Suédois, ni les Danois, ni les Belges...

Ensuite et enfin parce que cette phrase contredit tout le reste en laissant entendre que la présence de nouveaux Juifs en Palestine aurait été illégitime alors que Beghin par exemple a été arrêté par le NKVD en 1941 comme "agent de l'impérialisme britannique" parce qu'il militait pour l'aliya en Palestine.
C'était avant le massacre.

C'était un vieux projet sioniste qui datait de Herzl.


Guiral Gallois

Élisa Naibed a dit…

1. Sur le premier point: le morceau de phrase "les Européens se sont dédouanés à bon compte" faisait référence à la Conférence d’Evian (du 6 au 15 juillet 1938), organisée par les Etats-Unis, où la toute grande majorité d'entre-eux ont refusé d'élargir leur quota de juifs pouvant émigrer, suite à la proposition d'Hitler. Voir détails dans mon commentaire du [19 novembre, 2006 21:05]

Je ne sous-entendais pas que cette "mauvaise conscience" provenait d'une persécution généralisée des Juifs par les Européens, ce qui, effectivement serait faux.

2. Sur le second point: la suite de ma phrase "en permettant la création d’un état juif en Palestine" visait leur soutien à la résolution 181 à l'AG de l'ONU du 29 novembre 1947, prévoyant un plan de partage de la Palestine (élaboré par l’UNSCOP). Contre les Arabes vivant en région de palestine et l'ensemble des pays arabes. Et qui militaient pour la constitution d'un État arabe sur toute la Palestine et donc rejetaient cette résolution.

Bien sûr, le projet sioniste de Herzl est bien plus ancien, et même les implantations de juifs en Palestine, qui commencent dès 1878.

Suite au Traité de Berlin de 1878 (dont l'Article 62 impose à la Turquie de ne plus faire aucune différence de religion en matière de droits civils et politiques dans l'Empire Ottoman), la présence de nouveaux Juifs en Palestine devenait donc légitime, selon le Droit International, depuis cette date. Dès 1878, des rachats massifs de terres ont organisés par des associations juives, notamment avec le soutien financier du comte Edmond de Rothschild, et les premiers peuplements de juifs ont débuté à la même époque. Pour s'accélérer ensuite, suite à la persécution grandissante dont ils faisaient l'objet dans les pays arabes (où ils étaient environ un million, souvent implantés bien avant l'islam) avec l'effondrement de l'Empire Turc Ottoman après la guerre 14-18.